L’adaptabilité dans le suivi de projet

Symbiose fut un projet plus long, mais proche d’iMA dans sa gestion. La problématique était cependant plus complexe. L’analyse de la demande également en conséquence.

Afin de faciliter le ciblage de notre intervention, nous avons réalisé un premier focus groupe en interne. Ce dernier nous a permis, une fois que tout le monde avait testé le matériel une première fois, de capitaliser sur les expériences de chacun afin de partager la diversité des expériences rencontrées.

A partir d’une analyse rigoureuse des verbalisations, nous avons défini les problématiques les plus marquées, les priorités par rapport aux difficultés rencontrées et aux inquiétudes de l’équipe de développement ainsi que les risques et impacts éventuels.

Cette phase d’analyse de la demande et de sa reformulation a pris un temps considérable, indispensable à la planification de l’approche en ergonomie. Cette phase de formalisation n’a toutefois pas été comprise dans toute sa mesure par l’équipe projet, qui aurait préféré voir ce temps mis à contribution pour l’étude d’autres questions.

Cette première étape nous a cependant permis de réaliser un planning prévisionnel du début à la fin du projet, avec une marge pour gérer les imprévus éventuels. Nous avons ensuite avancé séquentiellement sur les différentes tâches, priorisées par notion de risque et d’impact. Pour chaque phase, cela nous a également permis de prévoir globalement les méthodologies et thématiques à aborder.

Les tâches prévues ont ensuite été abordées de façon séquentielle, ayant conscience de l’amplitude de la tâche et des contraintes de temps et du contexte de la pré-production. Nous avons donc tenu compte des besoins urgents du projet pour la pré-production, en assumant qu’une partie du travail d’ergonomie serait dans tous les cas réalisée lors de la production. L’avancement sur les différentes tâches s’est donc fait « au meilleur délais » et soumis à des validations progressives de l’équipe.

Nous avons également été amenés à intégrer des tâches non prévues initialement dans le planning. Nous avions prévu ce besoin de gérer l’imprévu, ce qui a facilité la tâche pour traiter les points émergents et les évolutions de fonctionnalités. Nous avons pour cela pu abandonner des tâches de moindre priorité, moins critiques en fin de pré-production.

Ce projet, s’il n’a pas eu de particularité aussi frappantes que les précédents en termes de suivi de projet, nous a permis de mettre à l’épreuve la flexibilité de notre démarche et de l’adapter en fonction de l’évolution du projet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *