Je voudrais créer mon jeu mais je n’y connais rien, que faire?

Lancez-vous!

1. Lisez tout ce que vous pouvez sur le sujet. Cet article est un bon début. Cherchez aussi des forums, presse spécialisée et livres ou le développement de jeux est expliqué en détail.

2. Créez un jeu en utilisant ce que vous apprenez. Votre projet projet ne sera pas le jeu de vos rêves. Ne passez pas des semaines à concevoir des fonctions que vous ne savez pas comment implémenter. Choisissez un tuto puis concevez le jeu qui va autour. Vous apprendrez et verrez des résultats encourageants plus vite. Développer un jeu est un travail long et difficile. S’attaquer à un projet trop ambitieux est l’erreur de débutant numéro 1 qui conduit à abandonner. Essayez d’intégrer dans chaque projet tout ce que vous avez appris avant et de faire toujours un petit quelque chose de plus que ce qui est dans le tuto.

3. Découvrez vos forces. Touchez à tous les aspects pour découvrir ce qui vous plait, et comprendre les gens avec qui vous travaillerez par la suite. Par exemple, entrainez vous à dessiner, utiliser des logiciels de 3D, créer des niveaux dans un jeu existant, programmer des choses simples, éditer des sons et musiques. Vous pourrez ensuite vous spécialiser dans ce qui vous plait le plus.

4. Trouvez une communauté ou un mentor pour vous conseiller. Montrez leur ce que vous faites et demandez leur avis et conseils. Cela peut être sur des communautés spécialisées, forums, meetups, chats ou un groupe/forum de support pour ce que vous êtes en train d’apprendre. Vous serez surpris du nombre de personnes prêtes à vous aider.

5. Ne vous laissez pas décourager Parfois vous n’aurez pas envie, quelque chose ne fonctionnera pas etc. Ne restez pas bloqué sur un problème. Parfois, faire une pause ou alterner entre deux projets permet d’avoir une nouvelle perspective pour résoudre un problème. Parfois, il suffit de demander de l’aide sur un forum. Parfois encore, il faut plus de temps pour découvrir quelle est la chose qu’on ne sait pas et qui nous bloque. Le tout est d’être tenace et de ne pas se laisser décourager. Il y a plus de gens qui abandonnent que de gens qui échouent.

Le développement de jeu video, comment ça marche?

La conception de jeu vidéo est un processus itératif, c’est à dire qu’on va faire plusieurs versions de la même chose, en évaluant à chaque fois le résultat avant de faire une nouvelle passe pour ajouter des détails et de la fonctionnalité.

Par exemple, on fera un niveau en boites grises pour se donner une idée des formes basiques de son niveau, puis on remplace les boites par des objets de la bonne forme de différentes couleurs, puis on rajoute les bonnes matières puis des détails de plus en plus fins avec chaque version, comme l’éclairage, des animations etc. Entre chaque version, on teste et on ajuste ce qui ne va pas, par exemple, on déplace certains objets, on supprime une partie du niveau qui n’est pas fun, on rajoute une pièce avec un trésor à un autre endroit, etc.

Dans l’industrie, on passe souvent par ces étapes clés:

1. Le pitch. On commence par définir ses objectifs, par exemple: “un jeu d’action qu’on puisse développer en 6 mois, avec un scénario original qu’on peut compléter en 1h mais rejouer plein de fois”. On imagine alors plusieurs idées qui répondent à cet objectif – souvent sur la forme d’un document de deux pages ou une dizaine de slides, qui présente le coeur du jeu. Qui fait quoi, dans quel univers? Comment ça se joue? Qu’est ce qui rend ce concept spécial? On examine alors les pour et les contre de chaque pitch pour choisir quel projet développer.

2. Le concept. Une fois un “pitch” choisi, on affine le concept. Il s’agit ici de définir plus en détail les mécaniques de jeu, le scénario, le style graphique et sonore, etc. Souvent, on créé aussi des prototypes pour tester que les idées fonctionnent comme prévu – en particulier les choses innovantes ou difficiles à faire.

3. La pré-production. Cette phase consiste généralement à créer une tranche verticale du jeu. Par exemple, on fera un seul niveau, mais il est complet: toutes les mécaniques du jeu fonctionnent comme prévu. C’est un peu comme une démo: un niveau qui permet de se faire une idée du jeu s’il était complet – avec le même niveau de qualité que ce qu’on veut atteindre pour le jeu complet quand il sera fini. Dans l’industrie, ceci est souvent utilisé quand on cherche à faire financer son projet par un éditeur par exemple. Créer ce prototype permet aussi de se faire une idée du temps que ça a pris et donc de combien de temps, ressources et donc argent il faut prévoir pour terminer le reste du jeu.

4. La production. C’est le développement du jeu à proprement parler. Si on a fait un prototype de pré-production en “tranche verticale”, il ne reste qu’a développer tous les contenus et à les assembler pour terminer le jeu: les autres niveaux, armes, ennemis etc.

5. Alpha. C’est la première version jouable de bout en bout – rien n’est terminé, mais tout est là on a commence à voir la progression de la difficulté etc.

6. Beta. A ce stade, le développement approche de la fin: tout est ajouté et on commence à se concentrer sur la correction de bugs et le “polish” c’est à dire les touches finales et les détails les plus fins. Pour un jeu qu’on veut publier commercialement, la bêta se conclut par une phase de certifications pour être accepté par la plateforme où on veut être publié ou être conforme aux normes, par exemple, obtenir son évaluation PEGI.

7. Gold. En référence à la musique, c’est la version finale du jeu, celle qui sera gravée et mise en vente en magasin, le cas échéant.

8. Patches. Une fois le jeu terminé, il arrivent souvent qu’on n’ait pas eu le temps de corriger tous les bugs avant la date buttoir pour gravers les galettes et envoyer la version “boite” du jeu au revendeurs – il reste donc quelques semaines pour préparer une mise à jour pour le jour de la sortie du jeu (qui elle aussi doit passer des certifications)

9. Support. Une fois le jeu sorti, selon le jeu, on commence à faire de la maintenance, pour corriger les bugs qu’on découvre après coup, produire de nouveaux contenus si besoin etc.

Selon le type de jeu et la plateforme sur laquelle vous voulez le distribuer, vous aurez besoin (ou pas) de faire une variante des étapes ci-dessus.

Combien cela coûte de créer un jeu?

Tout dépend du projet et de l’objectif.

Dans l’industrie, un jeu indépendant peut coûter quelque part entre 30 000 et 300 000. Les bloc busters les plus chers sont financés à hauteur de centaines de millions d’euros – comme le cinéma…

Vous pouvez créer un jeu sans dépenser un centime:

  • En faisant tout par-vous même
  • En utilisant des logiciels libres et gratuit
  • En utilisant des banques d’images et de sons sous licence libre, creative commons ou libre de droits

Toutefois, la qualité de votre jeu sera limitée par vos compétences et l’originalité des ressources utilisées.

Investir quelques dizaines ou centaines d’euros dans un bon logiciel ou des ressources produites par quelqu’un d’autre peut donner de meilleurs résultats plus rapidement.

Un développeur de jeu vidéo en france est payé entre 2000 à 3000 Euros par mois hors charges patronales, donc prévoyez ~4000 Euros. Selon le métier, les salaires varient, un designer ou un graphiste est généralement payé moins qu’un programmeur par exemple, à moins d’avoir une compétence niche rare.

Combien de temps dure un projet de jeu?

Encore une fois, tout dépend du projet et de l’objectif.

  • Un petit jeu d’arcade crée dans une technologie que vous maitrisez peut prendre quelques jours.
  • Un petit jeu d’arcade pour apprendre une nouvelle technologie peut prendre quelques semaines ou mois.
  • Des projets plus gros peuvent prendre des mois, voir des années. Pour un projet amateur, c’est particulièrement difficile de rester motivé passé la première année.
  • Le développement ne s’arrête pas à la sortie du jeu: les joueurs auront besoin de support, corriger les bugs qu’on n’avait pas trouvé ou pas eu le temps de corriger avant.
  • Si le jeu est online ou populaire, du développement pour ajouter du nouveau contenu ou améliorer certains aspects rallonge encore la durée du projet.

Combien de personnes faut-il pour créer un jeu?

Les jeux commerciaux peuvent être fait par une seule personne ou une équipe de plus de 2000 employés! Pour votre projet, garder des effectifs réduits est recommandé:

  • Seul on est libre, mais c’est difficile de prendre du recul sur son travail et de garder une qualité constante sur tous les aspects du jeu. C’est possible pour des petits projets comme des grands mais attention à la démotivation si cela s’éternise.
    3/4 personnes, c’est suffisant pour rassembler tous les talents nécessaires, et relativement facile à coordonner pour un projet de taille moyenne, pendant moins d’un an.
    Moins de 12 personnes permet de faire beaucoup plus et plus vite, mais demande une vraie organisation avec un chef de projet pour éviter les malentendus et conflits etc. Ca fonctionne bien pour un projet de 6 mois ou moins, avec un projet de taille moyenne.
    Plus de 12 personnes pour les plus gros projets. Ca demande beaucoup d’organisation, en déléguant des responsabilités à un ou plusieurs “leads” pour chaque disciplines, idéalement des personnes très expérimentées. Pour un projet “amateur”, à quelques exceptions près, avoir besoin de plus de 12 personnes est souvent signe que le projet est trop ambitieux pour réussir.

Je veux créer mon propre jeu, par où commencer?

  1. Identifiez vos compétences: que pouvez-vous faire? Quelles compétences vous manquent?
  2. En partant de vos compétences, clarifiez ce que vous voulez faire, vos objectifs et critères de réussite. Si vous n’avez aucune compétence, partez d’un tuto pour apprendre. Prévoyez un projet qui dure environ un moi et attendez-vous à ce que ça en prenne 2.
  3. Choisissez les outils qui vous conviennent: programmation, style graphique, moteur de jeu etc.
  4. Commencez simple: un seul petit niveau, où vous ajouter une fonction après l’autre jusqu’à ce qu’il soit complet!
  5. Une fois rodés, continuez à vous fixer des objectifs réalisable à court terme pour rester motivé tout en voyant votre projet avancer.

Comment créer un jeu si je n’ai aucune compétences en développement?

Une bonne approche est de vous demander quel est l’expérience que vous essayez de créer et d’en changer l’habillaeg. Par exemple, un jeu comme God of War a un excellent système de combat. Faire un jeu de la même ampleur, en 3D dans le même style n’est pas réaliste pour votre premier projet, mais créer un platformer en 2D jeu avec un système de combat inspiré de God of War pourrait être faisable. Cela vous permet en plus d’affiner votre concept – vous utiliserez ce que vous avez appris en créant le platformer pour votre gros projet plus tard. Choisissez un aspect, et lancez-vous!

  1. Vous avez une histoire en tête? Pourquoi ne pas la travailler avec Bibisco, puis en faire une aventure interactive avec Twine? Vous pourrez affiner votre histoire tout en apprenant le B à BA de la programmation.
  2. Vous avez des idées pour le gameplay ou les interfaces? Choisissez une mécanique simple et faites un jeu avec dans Godot, Unity ou même game maker pour commencer. Vous verrez si elle est fun, comment lui donner de la profondeur et de la variété tout en obtenant un jeu fini et montrable. Par exemple, à quoi ressemblerait une version 2D de Horizon Zero Dawn, si vous pouviez uniquement utiliser des pièges?
  3. Vos idées se centrent sur un type de niveau dans un genre existant bien précis? Pourquoi ne pas commencer avec l’éditeur de niveau d’un jeu existant comme celui de Halo, Age of empires, Shadowrun Dragonfall etc. Vous pouvez aussi créer un mod pour un jeu comme Starbound ou encore dans un moteur de jeu dédié comme RPG maker? Vous apprendre ainsi à faire du level design tout en expérimentant avec de possibles structures pour les niveaux de vote projet.
  4. Vous êtes bon en dessin mais pas en programmation? Pourquoi ne pas faire un point and click ou un visual novel pour mettre en avant votre force, travailler votre dessin tout en commençant avec un minimum de programmation pour apprendre?
  5. Commencer petit ne vous empêche pas en parallèle de travailler le game design de votre projet de rêve. Détaillez chaque aspect du jeu: controls, camera, personnages, problèmes que le joueur devra surmonter, actions disponibles au joueur pour le faire. Comment ses succès seront-ils récompensés? Quel est le type d’expérience que vous voulez faire ressentir au joueur? Quelle est l’histoire… Quelles technologies voulez-vous utiliser? Combien d’éléments faudra-t-il créer? Combien de temps cela prendra-t-il? etc. Le piège consiste à le faire que cela, car si vous ne tentez pas d’autres projets pour apprendre, vous risquez de vous décourager face à la montagne de travail insurmontable de votre projet de rêve.

Je n’ai pas d’idée pour le scénario, comment faire?

Pas d’idée de scénario? Pas de problème, vous pouvez toujours commencer par faire des jeux style arcade ou puzzle. De nombreux jeux à succès n’ont pas de scénario: Angry Birds, Candy Crush, Tetris, Worms etc.

Sinon, pour stimuler votre créativité et trouver l’inspiration:

  • Faites un jeu sans scénario, puis imaginez l’histoire qui va avec
  • Lisez beaucoup, regardez des films etc.
  • Trainez sur TV Tropes.
  • Pratiquez l’écriture créative et suivez des blogs d’auteurs qui partagent des conseils.
  • Organisez vos idées dans un document (papier, wiki, word, ou dans Bibisco – un outil pour aider les écrivains).
  • Utilisez des générateurs de personnages et de context ou des articles de presse comme point de départ.
  • Prenez l’habitude de noter vos rêves.

Quand présenter mon projet?

Il n’y a pas de règle pour parler de votre projet.

Comment parler de votre projet influence votre motivation? Pour certains, parler de ce qu’on fait réduit les chances de le faire vraiment. Pour d’autres, cela crée une responsabilité de ne pas décevoir qui peut être motivant ou démotivant selon les personnes. a vous de voir quand c’est le bon moment.

Cela dit, la création de jeu vidéo est un processus itératif: il est quasiment impossible que son jeu soit “fun” du premier coup. Il faut donc bien présenter son projet pour recevoir des critiques constructives. Trop tôt et la qualité des retours dépend fortement de votre capacité à expliquer et la compétence et capacités à se projeter de ceux qui vous font des retours. Au contraire, recevoir des retours trop tard rend l’effort pour faire des changements sera trop important.

Est-ce que je risque de me faire voler mon idée?

Les idées ne manquent pas. En général, chacun a ses propres idées de jeu. Il y a de fortes chances que d’autres aient déjà eu une idée similaire à la votre. Développer l’idée et la transformer en un jeu fini est le plus dur – il est donc très rare que des gens s’approprient l’idée d’autrui.

De plus, ceux qui “volent” des idées sont rarement à la recherche d’un concept original. Au contraire, c’est plus le genre à cloner des jeux à succès existants en espérant en tirer des revenus similaires.

Le risque de vous faire voler votre idée n’est donc pas très élevé. Si vous parlez de votre projet, alors autant partager les information nécessaires pour que les gens à qui vous en parlez puissent vous aider.

Si vraiment vous avez peur que quelqu’un crée votre jeu plus vite que vous, ne dites rien du tout à personne.

Dans l’industrie, la plupart des projets de jeu professionnels sont confidentiels – mais c’est rarement par peur que l’idée soit volée. Au contraire, c’est plutôt pour contrôler l’aspect marketing et éviter qu’il ait mauvaise réputation à la sortie à cause d’une version fuitée de mauvaise qualité, ou encore éviter que des concurrents ne nuisent aux ventes d’un jeu.

Comment présenter mon projet pour donner envie aux gens de m’aider?

Selon ce que vous cherchez à accomplir et à qui vous vous adressez, vous présenterez différemment.

Présentez votre jeu avec un minimum de détails mais pas trop. Si vous avez de nombreux détails à partager, prévoir un résumé court, puis détailler en dessous ou via un lien vers une page web dédiée peut aider.

“Je veux faire GTA V mais en mieux” n’est pas suffisant. Ce genre de descriptions mène au mieux à des commentaires décourageants et au pire à être ignoré.

Il est bien vu de présenter au moins:

  • Le type de jeu et le contexte en une phrase ou deux.
  • Qui travaille dessus et depuis combien de longtemps.
  • Où vous en êtes dans le développement.

Si vous avez des illustrations, screenshots du projet en cours ou vidéos courtes comme démo, c’est bien de les inclure soit dans le post, soit sous forme de lien.

Comment recevoir des conseils et retours constructifs?

Cela peut être difficile de recevoir des critiques, mais c’est aussi utile pour devenir un meilleur développeur et faire le meilleur jeu impossible.

Tout d’abord, si vous voulez des retours sur un point précis, c’est utile de le préciser. De même, si un aspect n’est pas prêt à recevoir des retours, le clarifier vous évitera des retours négatifs non constructifs et évitera aux gens de perdre du temps à commenter sur quelque chose qui n’est pas important.

Par exemple, si les visuals des ennemis ne sont pas finis, mais vous voulez avoir des retours sur leur comportement, c’est utile de le préciser pour ne pas avoir des retours qui se concentrent sur le fait que les enemies sont moches.

Parfois, vous voudrez des retours sur un aspect précis, par exemple, est-ce que tel ennemi est trop difficile. Dans ce cas, savoir poser la question sans laisser deviner la réponse que vous attendez est important pour avoir des retours pertinents mais honnêtes. Par exemple:

  • “Est-ce que cet ennemi est trop difficile?” est trop transparent et les gens risquent de répondre par l’affirmative de part un biais inconscient.
  • “Est-ce que certains ennemis sont trop difficiles?” précise le problème sans divulguer quel ennemi vous soupçonnez, mais risque de pousser les gens à s’attendre à ce que les ennemis soient trop difficiles, ce qui peut aussi déformer leurs réponses…
  • “Que pensez vous de la difficulté que pose chaque ennemi” au contraire, vous permettra de focaliser l’attention sur le bon sujet sans révéler ce que vous pensez être le problème. Vous aurez peut être même la surprise que certains ennemis soient jugés trop faciles.

Comment réagir quand les gens critiquent mes idées?

C’est important de rester courtois même si certains retours sont difficile à entendre. Si vous êtes déçu ou vexé, cela peut aider d’attendre un peu avant de répondre pour ne pas le faire sous le coup de l’émotion.

Il est possible que la personne ait raison, ou qu’il lui manque une information pour que son retour soit pertinent. Dans tous les cas – et à moins de vous faire insulter – il est toujours bien de remercier la personne d’avoir pris le temps de partager son avis.

Si vous n’êtes pas d’accord, il est inutile de donner votre avis contraire. Comprendre les désaccords a plus d’intérêt dans ce contexte que de convaincre les autres que vous avez raison. Après tout, vous pouvez décider d’écouter ou pas les conseils et de changer votre projet ou pas. Par contre, demander des précisions vous aidera à bien comprendre le retour, et en tirer les bonnes actions.

Par exemple, si quelqu’un vous dit que votre design d’ennemis n’est pas bon, comprendre si le problème vient de leur comportement, de leur apparence ou de leur difficulté sera utile. Vous risquez de passer à côté de cette information si vous défendez vos idées.

Je veux trouver une équipe pour développer mon jeu, comment faire?

Dois-je d’apprendre à programmer si je fais développer mon jeu par quelqu’un d’autre?

C’est possible de faire réaliser votre jeu par d’autres gens, si vous avez de quoi les payer.

Il faut alors apprendre le métier de la production et la gestion de projet: dans ce cas, il faut apprendre à gérer des budgets, faire toute la paperasse de l’entreprise, s’assurer que l’équipe fonctionne bien, définir un planning et s’assurer que les dates soient respectées etc. Cela vient aussi avec la responsabilité et le stress associé à la gestion du budget et/ou de l’entreprise.

Toutefois, même dans ce type de métier/poste, il est utile d’avoir au moins des bases dans les différents métiers. Cela facilite la communication et évite les malentendus, mais vous saurez aussi faire la différence entre quelqu’un qui a besoin d’aide, de formation et comment débloquer leur travail ou au contraire savoir quand on vous baratine.

De qui ai-je besoin pour m’aider à créer un jeu?

La première chose à vous demander est ce que vous pouvez faire par vous même. Vous verrez ainsi plus facilement les compétences qui vous manquent et donc, le type de talent à recruter et les responsabilités que vous pensez lui confier.

Quel niveau de compétence est requis? Est-ce que vous avez vous-même les compétences et le temps de former quelqu’un de plus junior? Vous cherchez quelqu’un avec qui apprendre ensemble? Ou vous préfèreriez quelqu’un de plus chevronné qui pourra au contraire vous aider à progresser?

Ensuite, cela peut aussi aider de comparer le temps que vous avez à consacrer au projet par rapport à la quantité de travail à faire. Un projet qui s’éternise peut démotiver – avoir certaines compétences en double peut accélérer le travail. Attention cependant car en particulier pour un projet amateur, on peut vite tomber dans le piège de passer plus de temps à coordiner l’équipe qu’à développer le jeu…

Quand recruter une équipe?

Il y a vraiment deux moments clés pour le recrutement.

Si vous avez déjà des contacts ou personnes que cela pourrait intéresser, recruter avant de définir un projet peut aider à concevoir un projet qui motivera tout le monde – car tout le monde aura participé à son incubation. Dans ce cas, réfléchir à quel type de jeu et quelles technologies vous voudriez utiliser peut suffire, et un noyau d’équipe peut se former dès le début du projet.

Au contraire, si vous voulez recruter des talents pour contribuer à votre projet, alors c’est pas mal d’avoir quelque chose à montrer et le recrutement aura plus de succès plus tard dans le projet. Il faut bien entendu convaincre les gens que votre projet vaut l’effort mais aussi ce qu’y contribuer apportera aux futurs contributeurs. En tant que fil conducteur du projet, avoir réalisé la phase de conception, voir la pré-production pour donner envie de contribuer facilitera votre recherche de contributeurs.

Comment choisir un bon candidat?

Tout d’abord, ayez des attentes claires à l’avance:

  • Quelle sera la place de la nouvelle recrue dans votre équipe?
  • De quel type de compétences avez-vous besoin? Quelles tâches devra-t-elle faire?
  • Combien de temps pouvez vous consacrer à la former? Combien de temps aimeriez-vous idéalement qu’elle passe sur votre projet chaque semaine?
  • Est-ce que vous travaillez à distance ou est-ce que le développement se fait en se retrouvant chez quelqu’un chaque semaine? chaque mois? etc.

Cela dit, si vous attendez que les gens travaillent gratuitement sur votre projet, vous aurez certainement à faire des compromis: un nombre de candidats réduit risque de ne pas vous permettre d’être très difficile. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il faut accepter n’importe qui sur le projet. A vous de juger!

Je veux rejoindre une équipe pour créer un jeu avec eux, comment faire?

Certains projets sont très sélectifs sur les contributeurs, d’autres acceptent tout le monde. Faites selon vos compétences et ne vous laissez pas décourager par les refus! Postulez quand même, vous pourriez être accepté plus facilement qu’il n’y parait. Comme on dit: qui ne tente rien n’a rien.

Tout d’abord, demandez-vous quel est votre objectif?

  • Rejoindre un projet qui verra le jour?
  • Apprendre avec des gens compétents?
  • Aider quelqu’un à réaliser le jeu de son rêve?
  • Trouver un emploi dans le jeu vidéo?
  • Apporter votre expertise à des gens qui ont besoin d’aide?

Certains projets sont en apparence sérieux, d’autres non, mais rien ne préserve des surprises, bonnes ou mauvaises. Quelques questions à se poser avant de rejoindre un projet :

  • Qui fait quoi?
  • Qu’est ce qui a déjà été fait?
  • Qu’est ce qu’on attend de moi?
  • Quelle est l’envergure du projet?
  • Combien de temps faudra t il à eu près pour en venir à bout?
  • Depuis combien de temps est il commencé?
  • A quelle vitesse le projet avance-t-il?

Cela permet déjà d’avoir une petite idée. A vous de juger votre degré de motivation en fonction de cela… Quoique bien d’autres choses puissent entrer en ligne de compte bien sûr ^^

Vous pourrez ensuite réfléchir si le projet vous semble un bon choix par rapport à vos objectifs:

  • Est-ce que le projet semble réaliste et en bonne voie?
  • Est-ce que l’équipe est compétente et motivée?
  • Est-ce que vous pourrez contribuer dans les technos/avec les outils qui vous intéressent?
  • Est-ce que vous serez seul(e) dans votre domaine de compétence ou avec des pairs? Quelle est leur expérience?
  • Est-ce que le travail que vous faites sur ce projet pourra être montré dans un portfolio?
  • Est-ce que le travail est rémunéré?
  • Comment l’équipe est-elle organisée?
  • etc.

Comment savoir si un projet est sérieux?

Il y a plusieurs indices que je regarde pour savoir si un projet me semble sérieux:

  • Est-ce que le projet semble trop ambitieux? Par exemple, je me méfie des MMORPG, RPG 3D ou jeux open world 3D – à plus forte raison si le style 3D est réaliste.
  • Est-ce que le projet semble suffisamment avancé par rapport au temps depuis lequel il est en développement?
  • Est-ce que les personnes sur le projet semblent compétentes et motivées?
  • Est-ce que l’équipe change souvent? Si oui, c’est bien de se demander pourquoi. Est-ce qu’il y a des personnes qui sont là depuis le début?
  • Qu’attendent-ils de nouvelles recrues? Est-ce que cela vous convient? Comment sont-ils organisés?

Comment postuler pour rejoindre une équipe?

Avant de candidater, renseignez-vous sur ce que l’équipe cherche et propose. Cela vous aidera à valoriser vos meilleurs atouts. Dans votre candidature, vous pourrez ainsi mettre en avant:

  • Les compétences que vous aimeriez apporter au projet. Quels outils et technologies connaissez-vous? Lesquels avez-vous envie d’apprendre?
  • Des projet similaires auxquels vous avez contribué. Avez-vous fait des choses qui ressemblent de près ou de loin à ce qui est attendu?
  • Ce que vous pouvez apporter d’un point de vue humain à l’équipe. Apporter son enthousiasme et sa bonne humeur est souvent aussi important que ses compétences!
  • Ce que vous pouvez montrer pour prouver vos compétences. Par exemple, des petits projets ou des travaux que vous avez contribué à d’autres projets…
  • Ce que vous attendez que le projet vous apporte en échange? Que voulez-vous tirer de cette expérience? Qu’est ce qui vous motive dans le fait de rejoindre cette équipe? Pourquoi ce projet plutôt qu’un autre?
  • Bonus si vous clarifiez d’avance combien de temps vous comptez consacrer au projet – donner une estimation réaliste vaut mieux qu’un grand nombre d’heures que vous ne pourriez pas tenir.
  • Bonus si vous démontrez votre compréhension du projet en identifiant diplomatiquement des problèmes auxquels vous pourrez proposer des solutions.
  • N’hésitez surtout pas à poser des questions si quelque chose n’est pas clair et à demander de clarifier les attentes si elles sont vagues. Cela montre votre intérêt et votre sérieux, tout en évitant de mauvaises surprises potentielles!

Si vous n’y connaissez rien, proposez d’aider dans la mesure de vos capacités et montrez votre motivation sous des formes concrètes. Les développeurs amateurs savent reconnaitre les efforts (en général).

Mais si vraiment vous essayez refus après refus, essayez de savoir pourquoi. Est-ce votre façon de vous présenter? Vos compétences? Manquez-vous d’expérience? Demandez chaque fois que possible de vous donner des conseils sur comment vous améliorer, et soyez reconnaissant d’avoir des retours quand c’est le cas: cela vous aide à vous améliorer même si ce n’est pas agréable sur le moment.

Comment mettre en valeur mon expérience sur des projets ratés ou abandonnés?

Vous avez contribué à de nombreux projets mais ils sont tous tombé à l’eau?

Certains disent qu’il vaut mieux ne pas en parler car cela montre un manque de sérieux, de persévérance ou de motivation.

Si vous avez suffisamment de projets complets, il vaut mieux se concentrer là dessus.

Mais si vous n’avez que des projets inachevés, c’est quand même de l’expérience. Vous pouvez les mettre en valeur en mettant l’accent sur le positif:

  • Qu’est ce qui a bien marché dans ce projet?
  • Qu’avez vous appris de chaque projet?
  • Quelles leçons vous tirez d’un échec?
  • Comment vous espérez éviter de reproduire les mêmes erreurs?

Quelles compétences faut-il avoir pour être recruté sur un projet de jeu?

Généralement, les projets qui recrutent on déjà un concept et sont souvent gérés par un chef de projet game designer. Même s’il existe des projets menés par un programmeur ou un artiste, c’est plus rare, Les compétences en programmation, graphisme et son sont donc souvent plus recherchées.

Si un de ces aspects vous intéresse, lancez vous!
Sinon, vous pouvez toujours miser sur la spécialisation: si dans le game design vous êtes particulièrement bon en conception de puzzle ou de niveau, ou si vous êtes excellent en écriture de scénario et de dialogues… cela peut vous rendre plus utile à un projet qui a déjà un designer.

De même en art ou en programmation, maitriser un langage particulier, un outil complexe ou avoir un style bien à vous ou être capable de créer des contenus dans un style populaire pour aussi vous rendre plus désirable pour rejoindre une équipe.

Quelles qualités faut-il avoir pour réussir dans une équipe de jeu vidéo?

Il ne suffit pas d’avoir des compétences, encore faut-il être quelqu’un avec qui c’est agréable de travailler! Pour réussir dans le jeu vidéo, il faut en particulier être bon en travail d’équipe.

  • Être humble et à l’écoute des critiques est particulièrement important car les projets de jeu vidéo sont très itératifs où on doit souvent refaire la même chose plusieurs fois jusqu’à arriver au résultat voulu.
  • Être flexible et ne pas s’accrocher trop à ses idées est important pour faire ce qui est le mieux pour le projet.
  • Communiquer clairement et efficacement aide à éviter les malentendus et conflits au sein d’une équipe: être bref et précis aide à atteindre un résultat plus vite.
  • Persévérance et enthousiasme sont indispensables, car développer un jeu sera une route semée d’embûches – que ce soit pour trouver un projet ou le réaliser. Savoir s’accrocher quand on se casse les dents sur un problème et trouver des solutions fait la différence entre ceux qui réussissent et ceux qui abandonnent.
  • Autonomie, pro-activité et capacité à rester dans son rôle vs. en sortir quand c’est bénéfique facilitent aussi le travail en équipe: cel veut dire ne jamais penser “ce n’est pas mon problème” quand quelqu’un galère avec son travail, mais aussi faire confiance aux gens et ne pas micro-manager leurs contributions.

Comment améliorer mes compétences?

Pratiquer vos compétences est le plus important. Passez du temps à suivre des didacticiels liés à ce que vous voulez faire. Ça n’a pas besoin d’être du jeu vidéo, tant que cela vous entraine aux bonnes compétences. Vous pouvez:

  •  suivre des tutos.
  • vous inscrire à des cours en ligne.
  • apprendre par vous même en lisant de la documentation.
  • trouver un tuteur vous donner des cours si vous avez les moyens d’en payer un.
  • rejoindre un groupe qui se réunit pour travailler chacun sur ses projets en se donnant occasionnellement des coups de mains.

En plus de pratiquer, on apprend plus vite en prenant le temps de prendre du recul.

  • Demandez des critiques sur votre travail, par exemple dans un forum spécialisé ou une communauté en ligne. Par exemple, postez votre musique sur un site et demandez à d’autres musiciens de vous dire comment ils amélioreraient ce morceau.
  • Passez en revue ce que vous avez créé et identifier les choses que vous aimeriez mieux faire la prochaine fois mais aussi ce que vous avez mieux fait que la précédente. Par exemple, vous avez dessiné un personnage et vous avez mieux réussi le visage, mais les proportions des mains sont bizarres? Pourquoi ne pas faire un tuto qui se concentre sur les mains la prochaine fois?
  • Après avoir terminé un tuto, essayez d’utiliser ce que vous avez appris avant pour rajouter quelque chose de plus au résultat par rapport à juste suivre le tuto. Par exemple, si vous venez de programmer un pong, et que vous avez suivi un tuto sur comment afficher du texte avant, pourquoi ne pas essayer d’ajouter l’affichage d’un score à votre pong, même si ce n’est pas dans le tuto?
  • De temps en temps, prenez le temps de lister les choses nouvelles que vous avez apprises et ce que vous vous êtes rendu compte ne pas encore savoir. Savoir qu’on ne sait pas quelque chose est la première étape pour pouvoir l’apprendre!

Comment gagner en expérience?

Le plus important en terme d’expérience est de comprendre le processus de développement de jeux vidéos ainsi que ce qu’implique le travail en équipe. Rejoindre un projet vous aidera donc à gagner en expérience – mais peut être un cercle vicieux si vous avez du mal à intégrer un projet à cause de votre manque d’expérience.

Trouver un mentor est particulièrement bénéfique: quelqu’un à qui vous pourrez vous adresser pour demander des conseils et accompagner votre développement personnel – mais aussi vous aider à rester motivé et focalisé sur vos objectifs.

Le processus par contre, vous pouvez l’expérimenter en réalisant vos propres projets. Forcez-vous à vous donner un cadre comme si vous vouliez publier le jeu et à respecter toutes les étapes en prenant un petit projet comme exemple.

Si vous êtes étudiant, vous avez aussi l’option de développer un jeu comme projet scolaire. On vous demande de faire un exposé sur un sujet d’histoire ou de science? Demandez à votre prof si c’est ok de rendre votre exposé sous forme de jeu vidéo! Un petit jeu en html5 peut être à la fois ludique et vous apporter une expérience montrable pour rejoindre un projet ou démarrer le votre. En bonus, si c’est un travail en group, vous apprendrez aussi le travail en équipe et trouverez peut être des gens avec qui développer d’autres jeux à l’avenir. Faites juste très attention à ce que votre prof puisse lancer le jeu en incluant les logiciels nécessaires pour le lancer si besoin.