Artboard 3

Test d’arborescence : bien préparer l’arborescence à tester

Vous voulez réaliser un test d’arborescence avec la plateforme optimal workshop “Treejack” ?

Cet article va vous aider à bien vous préparer. Si vous avez besoin d’aide pour prendre en main l’outil, consultez notre didacticiel pour créer un test d’arborescence avec le Treejack d’optimal workshop.

Ici, nous aborderons comment bien préparer l’arborescence à tester en général, avant de passer sur un outil, quel qu’il soit d’ailleurs.

Définir les objectifs du test

L’arborescence du site

Pour tester l’arborescence du site, il faut bien entendu la connaitre. Les astuces suivantes vous expliquent comment récupérer et formater la structure de contenu à tester, et comment la formatter dans un tableau pour facilement la travailler.

Récupérer le plan du site

La plupart des sites proposent un plan du site, mais tous ne respectent pas encore cette consigne. Si un plan du site existe, alors il est relativement aisé de le récupérer.

Si aucun plan du site n’est disponible, ou s’il est peu accessible, vous ne pourrez pas vous contenter d’un copier-coller de ce plan du site. Il vous faudra le récupérer à la main en navigant dans le site et en notant toute la hiérarchie de contenus.

Pour faciliter le travail, reprendre le plan du site dans un tableau est souvent efficace. Un prend une colonne par niveau de profondeur dans l’arborescence et une ligne par rubrique ou contenu. Par exemple, pour le site osefrance.fr voici le plan du site repris en vue de tester l’arborescence.

Rubriques vs. contenus

Dans le tableau présentant les contenus d’osefrance.fr, notez que tous les niveaux 4 ne sont pas détaillés. Par exemple, dans “Archives newsletter”, nous avons écrit en commentaire “26 newsletters”, plutôt que de les lister toutes.

En fonction de l’arborescence, vous aurez une structure plus ou moins compliquée. Par exemple, voici le plan du site de l’Insee, sur lequel j’ai eu l’occasion de travailler il y a quelque temps déjà. Le site est très riche en contenus.

Vous n’allez pas inclure l’entièreté des 300 000 articles d’un site de presse dans votre arborescence. Ce ne serait pas pratique pour vous, ni pour l’utilisateur, à qui il manquerait en plus toutes les fonctionnalités de recherche du site, par exemple.

Généralement, en récupérant l’arborescence en vue d’un test, nous nous limiterons aux rubriques, en notant éventuellement la volumétrie de contenus associés.

Déterminer la granularité nécessaire de l’arborescence

Pour préparer un test d’arborescence efficacement, vous devez vous concentrer sur ce qui est pragmatique, tout en restant proche de la réalité. Le niveau de détail doit être suffisant pour refléter la complexité du site et les parcours utilisateurs. A l’inverse, il doit être maitrisé pour concentrer la recherche sur les questions qui vous intéressent.

Vous pouvez adapter donc le niveau de détail de l’arborescence à tester à la fois en fonction de sa nature et des performances que vous voulez évaluer:

  • Affichez l’arborescence complète si le site est relativement simple ou si vous voulez tester l’orientation de l’utilisateur sur un site à l’arborescence large mais peu profonde
  • Tronquez l’arborescence à 2 ou 3 niveaux de profondeur si l’arborescence est très profonde, et que vous vous intéressez à l’orientation des utilisateurs et l’accès aux contenus
  • Limitez éventuellement la recherche à un nombre limité de rubriques si vous vous intéressez a l’accès aux contenus ou au bon contenu parmi d’autres si vous testez une arborescence large
  • Pour tester l’accès au bon contenu parmi plusieurs du même type, tronquez une arborescence profonde au niveau le plus profond commun à toutes les rubriques testées; limitez aussi la recherche aux rubriques testées si l’arborescence est large.

Par exemple, pour l’Insee, nous avons testé la classification des thématiques statistiques seule, hors contexte, avec 3 à 4  niveaux max de profondeur.

Attention aux biais !

Dans certains cas, même avec une arborescence large et profonde, il vous sera indispensable de tester l’ensemble de la profondeur et de la largeur de celle-ci.

En effet, la présence d’autres rubriques peut modifier l’interprétation des différents noms de rubriques, et donc les comportements observés et les performances. Attention en limitant l’arborescence à toujours avoir conscience biais et des impacts sur les résultats pour en tenir compte lors de l’interprétation des résultats.

En particulier si vous voulez comparer différentes pistes d’arborescences, assurez-vous que les niveaux de profondeur sont équivalents: Tester la même arborescence avec 2 vs. 3 niveaux de profondeur ne donne pas exactement les mêmes résultats, car le niveau de difficulté de la tâche n’est pas comparable.

La qualité d’un test d’arborescence dépend également de la bonne conception des tâches. L’aspect scenarii de test fera l’objet d’un prochain article.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *