cnam7

Remise des diplômes & nouveaux projets Enjmin

Chaque année, l’enjmin forme une cinquantaine d’élèves aux métiers du jeu vidéo : game design, programmation, conception sonore, conception visuelle, ergonomie et gestion de projet. Cette année encore, une nouvelle promotion est sortie diplômée de son master jeu et medias interactifs. Mais la remise des diplômes, c’est aussi l’occasion pour les élèves de seconde année du master de présenter les projets sur lesquels ils travailleront six mois.

Invitation à la découverte

De 10h30 à 15h, nous avons donc assisté à la présentation des projets M2. Pour rappel, l’objet de l’exercice est de réaliser une pré-production de jeu vidéo, pour obtenir à la fin des 6 mois un prototype et une documentation présentables à des éditeurs pour trouver un financement. Si le financement du projet est avant tout une simulation de l’exercice, la présentation finale ne s’en fait pas moins devant des grands noms du jeu vidéo.

Cette année, six projets en tout sont réalisés. Trois des projets sont très axés sur les jeux mêlant ambiance et énigmes à la première personne, entre penumbra, bioshock et portal. Des projets très ambitieux donc, visant le AAA, mais relevant le défi budgétaire d’un studio de taille réduite. Rétablissant l’équilibre, trois autres projets adoptent une posture plus décalée et axée sur le social.

La nouvelle promotion de diplômés

Suite à la présentation de ces projets, les M3 de l’année, désormais devenus P6 ont reçu leurs diplômes et eu l’occasion de présenter une nouvelle fois devant les nouveaux arrivants, leur propres projets de M2 (histoire de mettre un peu la pression aux petits jeunes).

C’est aussi l’occasion de voir ce que chacun est devenu, avec cette année un taux d’emploi plutôt bon globalement. Sans surprise, les programmeurs sont les mieux lotis, suivis de près par game designers. Ceux ayant le plus de difficulté à trouver un emploi à la suite du stage sont finalement les concepteurs visuels, soumis à une plus forte concurrence issue des écoles plus généralistes dédiées au graphisme (écoles d’art, animation, design), malgré la meilleure connaissance des contraintes techniques et des process liées au jeu vidéo, par rapport à un étudiant des gobelins par exemple.

Dans l’ensemble cependant, le taux d’emploi était meilleur que l’année précédente, elle-même meilleure par rapport à l’année d’avant, plutôt une bonne chose.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *