UXFlupa1

UX économie circulaire

Lionel-FleuryLors du FlupaUX Day 2014, Lionel Fleury a présenté l’économie circulaire et le rôle des ux designers dans sa conception. Cet article reprend les points clés de sa présentation. Qu’est ce que l’économie circulaire ? Cela fonctionne-t-il mieux que le recyclage parfois plus couteux que le traitement du déchet? Comment nous UX Designers pouvons nous concevoir et innover dans un contexte d’économie circulaire?

Qu’est ce que l’économie circulaire?

Le principe d’économie circulaire a émergé de la prise de conscience que les ressources de la planète ne sont pas infinies.

Historiquement, l’économie est basée sur l’exploitation de ressources, transformées en produits, qui finissent une fois usés par devenir déchets parfois impossibles à traiter. L’économie circulaire tente de mettre en place des principes rentables pour réutiliser la matière première et les produits usés et de créer le déchet le plus intéressant : celui qui n’existe pas.

L’économie circulaire vise à tirer profit des produits et de repousser le plus loin possible le recyclage. En effet, les produits sont ne sont recyclables présente des limites désormais identifiées.

economie-circulaire-schema

Les limites du recyclage

Le papier ne peut être recyclé qu’un nombre limité de fois, et c’est le cas de nombreux produits: décomposition de pneu en agglomérats puis en roue de chariots, vieux habits transformés en rouleaux d’isolation.

La chine est un acteur important du recyclage, qui crée les produits puis rapatrie les matières premières pour les transformer. Les transports de marchandise sont couteux, et remettent parfois en question l’intérêt du recyclage par rapport à ces coûts et la pollution associée.

Les sacs plastiques ont été remplacés par des sacs plastiques écologiques, dont le recyclage n’était finalement pas assez rentable. Cela a amené le concept de sac plastique réutilisable. Plutôt que d’agir sur la matière, la solution la plus intéressant fut d’agir sur les usages.

Comment retarder le plus possible le besoin de recycler?

Alors comment utiliser le plus longtemps possible des usines? Mettre en place une économie de l’usage.

Le principe est de mettre en place à la fin d’un cycle, une réutilisation des machines, de ses pièces. Les machines opérationnelles devenues inutiles peuvent être louées, réutilisées ailleurs. Il est dors et déjà possible de louer des pneus entretenus et même re-sculptés pour durer le plus longtemps possible, plutôt que de les acheter et user jusqu’au bout. Ce service n’est pour l’instant disponible que pour les professionnels qui règlent en fonction de leur consommation (kilométrage). Des services comme le vélib, ou la location de jeans (LeaseAJean) ont également été mis en place.

leaseajeans_--__w_760_

Dans le numérique, l’économie circulaire se traduit aussi dans des sites et services comme blabla car, le bon coin, qui permettent aux objets d’avoir une seconde vie ou d’être utilisés de façon plus optimale. Cette approche peut être rentable, et demande à être ré-inventée pour d’autres domaines et secteurs.

Les allemands et anglais sont les pioniers de la pratique, suivie de la suisse et de la Belgique. A la traine, les USA, où la culture de consommation est plus ancrée, n’a pas encore le réflexe du recyclage, mais pourrait bien être plus sensible à cette approche orientée sur le “service”. Côté utilisateur, les notions de développement durable sont intégrées par 80% des consommateurs, et impacte 15% des choix de source d’achat (par des particuliers)

Concevoir pour l’économie circulaire

On se demande si finalement, le recyclage est un échec de l’économie circulaire. En tant qu’UX designer, notre challenge inclut donc d’arriver à créer des produits attractifs à partir des produits en fin de vie (juste avant le besoin de recycler) d’un point de vue usages.

La conception d’un produit peut alors se faire en boucles qui prennent en compte de façon plus large dès le départ ce qui peut être fait pour scénariser la vie complète du produit, et pas seulement sa première vie. Cela implique de faire coopérer les entreprises, et d’impliquer des groupes de travail multi-acteurs avec les collectivités et les associations qui en tirent des bénéfices en termes d’emploi mais aussi d’aménagement durable du territoire. La créativité doit être tirée des usages du terrain.

Lors de la conception, il faut alors répondre également aux questions suivantes pour bien identifier les enjeux :

  • Quel modèle est viable? location? vente? décomposition?
  • Quelle est la fréquence d’usage? courant, occasionnel, rare? le modèle économique en dépend
  • Quel est le coût d’entretien du produit? Qui réalise son entretien?
  • Existe-t-il déjà d’un marché de l’occasion?
  • Quel est le niveau d’externalité (fort, modéré, faible, nul) ? Par exemple, l’utilisateur donnera-t-il de la valeur à l’image de marque ou non?
  • Quel circuit local permettrait d’avoir un retour d’expérience sur les usages et de mieux les comprendre pour développer ce type d’approche?
  • Quelle est la relation du client avec son produit? Quel attachement éprouve-t-il? Quel est le coût psychologique de jeter, revendre, donner? mais aussi d’accepter de recevoir le produit qui a été utilisé par un autre?

someone threw a perfectly good white girl in the trash

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *