ME3

Mass effect : l’exploration des planètes

Dans la serie Mass Effect, les développeurs du jeu on fait évoluer le système d’exploration des planètes de façon importante entre les 3 opus de la serie. Avec chaque évolution, l’expérience des joueurs a été améliorée sur un bon nombre de points, avec une direction clairement choisie. Ce billet vous propose de faire le point sur les 3 systèmes d’exploration, et de voir leurs impacts respectifs sur l’expérience de jeu.

L’exploration dans Mass Effect

me_explore1 Dans Mass Effect 1, le joueur a la possibilité d’atterrir sur des planètes à explorer. Il entrait alors au contrôle du Mako, un véhicule terrestre “tout terrain”. Le joueur devait alors, à la surface de la planète, rejoindre 5 ou 6 zones d’intérêt indiquées par des marqueurs. Certains permettaient de récupérer des ressources, d’autres menaient à des séquences d’action, bâtiments à explorer ou ennemis à vaincre. Il existe par ailleurs des ressources cachées, n’apparaissant pas sur la carte. Ces dernières sont la récompense des “vrais “explorateurs – seulement facilité par le fait qu’il existe plus de ressources qu’il n’est nécessaire de trouver pour compléter la quête secondaire associée.

Avec ce système, les utilisateurs les plus expérimentés finissent par mettre en place la stratégie de recherche suivante : longer le bord des cartes pour faire le tour de la map permet généralement de croiser la majorité des emplacements marqués et non marqués. Le cas échéant, ils reviennent vers les points marqués vers le centre de la carte.

Les joueurs de ME1 ont vraiment apprécié conduire le Mako, malgré des difficultés liées à ses contrôles. Les scènes d’action et récupération de ressources sont appréciées, mais le plus gros du temps d’exploration est passé à se déplacer entre les points d’intérêt. La conduite est amusante à court terme, mais pas sur la durée. De plus, à force d’exploration, le joueur se rend vite compte que les bâtiments à explorer sont identiques et les ennemis finalement peu variés, ce qui rend l’expérience répétitive.

Plus de Mako dans Mass Effect 2

me_explore2Les modifications au système d’exploration dans ME2 sont profondes. Au lieu de se déplacer à la surface des planètes, le joueur les parcours à l’aide d’un scanner. L’outil permet de détecter un type et une quantité de ressource, de la localiser. Le joueur peut alors envoyer une sonde pour les récupérer. Les ressources ainsi obtenues permettent d’acheter des upgrades uniques pour le vaisseau et les personnages. L’exploration est ainsi plus rapide qu’elle ne l’était avec le Mako, bien qu’elle reste toujours lente.

Les scènes d’action sont également reprises, un peu différemment. Parfois, en scannant une planète, le joueur découvrira des anomalies. Le scanner lui permet alors d’en trouver la source et de la marquer avec une sonde. Le joueur peut alors atterrir pour compléter la quête secondaire ainsi débloquée. Ces quêtes sont uniques, contrairement aux scènes d’action dans ME1 et elles constituent même parfois des mini scénarios.

Pour explorer, il faut donc scanner des planètes, et envoyer une sonde sur les zones d’intérêt. Chercher la source d’une anomalie est fun, et lire les résultats du scanner également. La récolte de ressources demande beaucoup de sondes et requiert de faire des allers-retours vers des ‘stations services’. Scanner des planètes entières pour tout récolter devient ainsi rébarbatif dans la durée.

Quelles stratégies utilisateurs pour explorer dans Mass Effect 2 ?

En scannant les planètes, les joueurs commencent pas scanner un peu au hasard, sans épuiser les réserves des planètes. Avec les nouvelles upgrades disponibles, ils tendent à tout récolter de façon systématique :

  • en scannant par cercles autour de la planète, en remontant ou en descendant
  • en scannant des lignes verticales puis en faisant le tour de la planète progressivement

Dans un premier temps, les joueurs laissent le scanner activé, ce qui rend les déplacements à la surface de la planète lent. En conséquence, ils “flashent” le scanner sur de courtes périodes, et ne scannent la zone de façon plus détaillée que lorsqu’une ressource est détectée à proximité, ce qui accélère grandement le processus.

Une fois une stratégie stabilisée, les joueurs optimisent encore un peu le temps de scan en décidant de ne récolter que certaines ressources, soit parce qu’elles sont rares, soit qu’elles sont utiles pour une upgrade au moment du scan. Ils deviennent également sélectifs quand à la quantité, négligeant les dépots de faible quantité, pour économiser les sondes et faire moins d’allers-retours pour se ravitailler.

Au début, les joueurs scannent les planètes à proximité de leurs missions, sans trop savoir quoi faire des ressources. Une fois qu’ils ont débloqué quelques upgrades, ils tendent à alterner entre de longues sessions de progression dans les quêtes pour débloquer les upgrades, et de longues sessions d’exploration pour les acheter.

La valeur maximale des jauges montrant la quantité de ressources disponible limite un certain temps la durée des explorations, car le joueur ne ressent pas le besoin de remplir plus que ce qui est indiqué. Toutefois, une fois que le joueur a débloqué des items demandant plus de ressources que ce qu’il semble pouvoir stocker, les sessions d’explorations deviennent de plus en plus longues.

Du fait de ces stratégies, récolter des ressources devient répétitif et ennuyeux, comme les déplacements à la surface des planètes pouvait l’être – bien que cela consomme moins de temps.

Comment Mass Effect 3 rend l’expérience plus intéressante

me_explore3Tout d’abord, au début d’une partie de Mass Effect 3, importer un personnage avec lequel le joueur a récolté de nombreuses ressources donne un bonus en début de partie, ce qui est une surprise agréable pour le joueur.

Dans Mass Effect 3, le joueur a la possibilité de scanner des planètes à distance, depuis l’espace. Le joueur n’a plus besoin de passer au peigne fin la surface de chaque planète et lune. Il ne cherche plus les ressources sur les planètes, mais les planètes ayant des ressources ou quêtes, qui apparaissent alors toutes deux comme des anomalies. La zone scannée à chaque fois est plus importante et le temps nécessaire pour trouver les ressources est réduit par rapport à l’opus précédent.

Tout comme dans ME2, les anomalies doivent être localisées à la surface des planètes, avec des indices orientant le joueur vers la zone où lancer une sonde. Scanner est toujours lent, mais comme il n’y a qu’une cible à trouver et que le joueur est guidé, le scan est bien plus facile. Toutefois, la facilité est compensée par l’ajout d’une pression externe sur le joueur : plus il scanne l’espace, plus il a de chance d’être détecté par l’ennemi.

Lorsque l’ennemi est alerté de la présence du joueur, ce dernier a peu de temps pour récolter le fruit de ses recherches ou pour faire des recherches supplémentaires : il est forcé de fuir et de revenir dans la zone après avoir avancé dans les quêtes principales : c’est la condition à laquelle les ennemis disparaissent de nouveau.

Ceci force le joueur à alterner entre des sessions de jeu focalisées sur les quêtes et à répartir et limiter le temps passé à explorer. Le joueur persistant à scanner longuement même si c’est une tâche ennuyeuse, le fait que le jeu l’en empêche contribue à améliorer grandement l’expérience.

Le challenge posé au joueur est alors non plus de maintenir sa concentration sur la lecture des scans pendant de longues périodes, mais au contraire de scanner intelligemment l’espace pour détecter le plus de choses possibles avant de déclencher l’alerte. Par ailleurs, il devra se rappeler des zones déjà scannées pour trouver plus rapidement les ressources la fois suivante.

Conclusion

me_exploartion1

L’evolution des mécaniques d’exploration dans Mass effect’s nous montre une xemple réussi d’amélioration de l’expérience joueur, partant d’une exploration à l’ambiance rappelant Dune, immersive, mais rébarbative à la longue, vers un système plus efficient, mais équilibré entre le besoin d’explorer et le besoin d’être discret et d’éviter les ennemis

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *