Les ERP : revue de littérature

De l’analyse du besoin à la mise en oeuvre de recommandations, la prochaine série de billets dédiés au projet GCM détaillera tour à tour les constats liés aux usages et à l’impact de l’ERP sur la situation de travail d’une part; et le processus d’évangélisation autour de l’ergonomie que cela m’a permis de mener d’autre part.

La serie de posts GCM fera le focus de façon très concrète sur les méthodes mises en oeuvre, les résultats obtenus, les difficultés rencontrées et l’évolution de la perception de l’ergonomie et de sa valeur ajoutée par les différents acteurs du projet : commanditaires comme utilisateurs.

Mais qu’est ce qu’un ERP ?

GCM est un ERP ou progiciel de gestion intégré. Il s’agit d’un logiciel centralisant les  différents outils de gestion utiles à l’ensemble des employés. Les ERP ont pour objectif de faciliter le traitement des données de gestion, d’éviter les redondances et d’assurer l’intégrité de l’information. A cette fin, ce logiciel intègre les composantes fonctionnelles de l’entreprise de la comptabilité à la production, des actions commerciales et des ressources humaines, mais aussi de la logistique et du contrôle de gestion.

Origine des ERP

Les ERP se sont développés progressivement depuis les années 60, en évoluant des MRP (pour Materials Requirements Planning). Le MRP est un progiciel permettant de calculer les besoins en matières et composants d’un processus de production. Ce modèle a évolué pour prendre en compte progressivement des contraintes plus complexes, telles le besoin de pouvoir ajuster le plan de production en fonction des prévisions de vente. Dans un second temps, il s’est développé vers une gestion plus large des ressources de production. La résultante fut le MRP2, pour Manufacturing Ressources Planning. (Wikipedia)

Ce n’est que dans les années 90 que le MRP2 s’est étendu à l’ensemble des fonctions de l’entreprise, devenant par la même occasion l’ERP, pour Enterprise Ressources Planning. Les ERP ont alors connu une expansion considérable, en venant remplacer les systèmes informatiques vieillissants à l’aube de l’an 2000. Les ERP ont pour vocation d‘optimiser les flux financiers et logistiques de l’entreprise, par l’optimisation de l’usage des ressources, qu’elles soient humaines ou matérielles.

Avantages liés à l’utilisation d’un ERP

L’ERP remplace les routines complexes et interfaces manuelles avec différents systèmes standardisés, et automates transactionnels multifonction. Les délais entre le placement d’un ordre et la livraison de la production peuvent ainsi être réduits.
Cette mise en œuvre des process améliore les réponses aux clients et vitesses de livraison. (McAfee 2002, Cotteleer, 2002)

De la même façon, les transactions financières automatisées de la sorte réduisent les temps de « cash-to-cash » et le temps requis pour harmoniser les données financières en fin de trimestre. Cela résulte en une réduction de l’opération sur le capital et la comptabilité dans le domaine financier. (Hendricks, 2005)

Un autre apport des ERP est que l’ensemble des données est collecté par l’entreprise durant la transaction initiale, stockée de façon centrale et mise à jour en temps réel. Ceci assure que tous les niveaux du planning sont basés sur les mêmes informations. Le planning résultant reflète donc de façon réaliste les conditions de fonctionnement de l’entreprise. Par exemple, une prévision développée de façon centrale assure que l’opérationnalisation des process reste synchronisée et permet à l’entreprise de fournir des informations cohérentes aux clients. (Bancroft, 1998).

Mises en commun, les transactions standardisées au niveau de l’entreprise et stockées de façon centralisée facilitent grandement la gestion de l’entreprise. Les rapports générés à partir de l’ERP fournissent aux managers une vue claire des performances relatives des différentes parties de l’entreprise. Cette vue d’ensemble permet en retour d’identifier les besoins d’améliorations et de saisir les opportunités du marché.

Références

Bancroft, N.H., Seip, H., Sprengel, A. (1998) Implementing SAP R/3 (2nd ed.) Greenwich : Manning Publications Co
McAfee, A. (2002) The impact of enterprise information technology adoption on operational performance: An empirical investigation In Production and Operations Management 11 (1), 33-53
Cotteleer, M.J., (2002) Order lead-time improvement following enterprise-IT implementation : An empirical study. Boston : Working paper, Harvard Business School
Hendricks, K.B. Sunghal, V.R. (2005) The Impact of Enterprise Systems on Corporate Performance: A Study of ERP, SCM and CRM System Implementations

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *