Heavy Rain – De l’art de se déplacer

Heavy Rain a cette faculté de bouger la tête du personnage indépendamment du corps. Mais pourquoi créer des contrôles aussi tarabiscotés? Deux boutons au lieu d’un, cela va à l’encontre des critères d’ergonomie les plus basiques (actions minimales). Et pourtant.

Et bien, bien que déroutée, et après un temps d’adaptation somme toute court, une vive joie s’en suit : plus de problèmes de direction au changement de caméra. Puis qu’avancer et tourner ne dépend plus de la même touche, on ne tourne plus dès qu’on change de point de vue de caméra.

Autre avantage, cela permet contrôler finement les actions qui nous paraissent, car tourner sur soi ou regarder aux alentours ne permet pas de déplacer le regard du même angle. Ainsi on a plus l’impression de contrôler ce que l’on fait.

Laisser le contrôle de la tête au joueur a par contre un inconvénient : celle ci est largement utilisée pour donner des indices et attirer l’attention du joueur sur des éléments du décors de façon discrète. Visiblement, Heavy Rain ne fera pas dans la subtilité de ce côté là.

One thought on “Heavy Rain – De l’art de se déplacer”

  1. Je suis content que quelqu'un parle enfin un peu en bien des choix de gameplay de Heavy Rain pour le déplacement des personnages.

    Dommage qu'ils soient trop rigides.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *