Les femmes des deux côtés de l’écran

English version

En parcourant mes newsletters, une des questions d’une interview m’a interpellée:
Is there a correlation between more female developers leading to more female gamers?

C’est un peu la question de la poule et de l’œuf. Qui était là en premier. Etant donné qu’on sait avec certitude que les premiers développeurs de jeux vidéos étaient des hommes, il aura bien fallu que des femmes s’intéressent à leurs jeux. A priori, il y en avait peu, mais nous sommes arrivés à un stade où il y en a suffisamment pour que quelques une s’intéressent au développement.

Ces dernières ont donc peut être une idée de ce qui plairait plus aux filles. Mais peut être qu’un petit tour d’horizon nous en apprendra plus.

Qu’y avait il de jouable à l’époque où les garçons régnaient en maitre sur les jeux vidéos (on supposera que c’est une époque révolue). Des jeux de plate forme, des point and clic comiques, des aventures 2D dans un premier temps. Suivis de jeux d’action, de stratégie, de course et de tir dans un second temps etc. Grosso modo, toutes les variétés de jeux y sont passées, certaines demeurant, d’autres ayant décliné.

De nos jours, il existe des jeux typiquement “pour filles”, en particulier pour petites filles: pour faire simple, et de façon un peu caricaturale, on les regroupera sous le terme “fairies and caring”. Par là, j’entends comptes de fées, souvent des jeux à licence (une certaine poupée anorexique, au hasard) et tamagoshi-like qui consistent à s’occuper d’animaux. On passera sur les jeux de cuisine.

Ces jeux sont ils fait par des femmes? ou par des hommes souhaitant élargir leur clientèle?
Aparemment, les jeux que les filles préfèrent sont des jeux 2d de plate forme, ou des jeux d’aventure, style point and clic (Parce qu’elles ne sont pas à l’aise dans des environnements en trois dimension, on se demande comment elles font dans le monde réel, d’ailleurs). Or ces genres existent depuis bien longtemps. La raison pour laquelle les filles n’y jouaient pas était d’un autre ordre, et il faut chercher la réponse dans la technologie: informatique, programmation, des loisirs et orientations masculines, jusqu’à l’avènement d’msn et du shopping en ligne.

Ce ne sont donc pas les jeux eux même qui sont en cause, mais la technologie qui y est associée. Souvent les filles ayant baigné dans les jeux vidéo toute leur enfance avaient un grand frère qui économisait pour s’acheter les derniers gadgets.

Depuis que l’ordinateur est devenu un vecteur de communication plutôt que d’isolement (ce qu’il n’a jamais été si on s’intéresse au thème de plus près), les filles leur ont mis le grappin dessus, et l’ont de plus en plus. Et cela se traduit aussi par plus de gameuses, que ce soit les quelques ligues féminines de joueuses pro, les jeunes fan de point and clic ou les petites addict de nintencatz.

Pour en revenir à la question de départ: plus de développeurs féminins conduiront elles à plus de joueuses, ma réponse est: c’est une question idiote. Plus de gameuses ont de l’intérêt pour les jeux vidéos, et comme les garçons penseront parfois qu’elles ont envie de faire un GTA en mieux, ou en l’occurrence, peut être un Alexandra Lederman :p. Certaines d’entre elles iront peut être plus loin dans leur démarche, et entreprendront de réaliser des jeux amateurs, ou de faire des études d’infographie. Finalement elles se retrouveront dans l’industrie.

Mais ce qui changera, ce sera la face de l’industrie, pas la face du jeu vidéo. Les studios de développement seront plus attirants comme lieu de travail pour les femmes si elles savent qu’elles ne seront pas la seule fille de la boite, et que le personnel n’est pas une bande de lourds – ce qu’on peut facilement imaginer, même si ce n’est probablement pas le cas.
Si une fille arrive à un poste assé haut placé pour que sa pensée influence la face du jeu vidéo ce ne sera pas parce que c’est une fille, mais parce qu’elle a du talent; de même ce ne sera pas forcément dans le sens des gameuses, il n’y a qu’a voir Brenda Brathwaite, qui plaide pour plus de sexe dans les jeux. (ah ce post va avoir plein de lecteurs, j’ai parlé de sexe ^^).

En fin de compte, le grand tapage avec les femmes qui font des jeux, c’est plutôt quelque chose pour faire bander les mecs. Vous vous souvenez de Jade Raymond, productrice d’Assassin’s Creed? Une femme magnifique, gameuse, intelligente et qui *crée des jeux*. Certainement pas quelque chose qui intéresse les filles, ou contribue à rendre Assassin’s Creed plus apprécié du public féminin.

One thought on “Les femmes des deux côtés de l’écran”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *